Contactez-nous  Tél : 01 84 23 00 40

Aurélie désire travailler dans les actions de solidarité internationale

Aurélie désire travailler dans les actions de solidarité internationale

Un stage à Madagascar pour intégrer le domaine de la solidarité internationale

Ma rencontre avec l’Institut de Coopération Internationale m’a permis de faire mes premiers pas en Afrique dans le domaine sélectif et fermé de la solidarité internationale ; mes candidatures ayant toujours été refusées par manque d’expérience.

Avec la formation ” découverte de l’action humanitaire” (DAH), je me suis envolée 2 semaines à Madagascar afin d’observer une action de micro-finance, un thème de stage qui reste dans mon domaine professionnel, le secteur bancaire et qui de plus m’attire depuis quelques temps.

Le centre de développement d’Andohatapenaka (CDA) et surtout l’équipe du projet d’appui aux petits métiers (PAPM) m’ont bien accueilli et intégré pour ce stage dans les actions de solidarité internationale

Il est important d’être encadré pour une première expérience comme celle ci en Afrique. Je pouvais compter sur notre Directrice de stage à Madagascar Véronique et toute l’équipe du PAPM, particulièrement attentifs et prévenants.

Au cours de ces 15 jours riches en expérience tant au niveau professionnel, j’ai pu observer l’équipe de Marius, mon maitre de stage :

  • animation des sessions de formation pour sensibiliser les clients à l’importance de rembourser de façon régulière leurs prêts
  • l’énergie déployée dans l’éducation des clients, pour, par exemple, l’aide au renouvellement des pièces d’identité afin que ces personnes existent à Madagascar.
Aurélie à Madagascar

Après une mission humanitaire de l’ICI Aurélie désire s’engager durablement dans des actions de solidarité internationale.

 

Une expérience forte qui m’a permis de confirmer mon choix de reconversion

Ce stage à également été riche en émotion avec les visites à domicile ou sur les lieux de travail dans les quartiers défavorisés autour du centre. La vue du quotidien difficile de ces gens m’a particulièrement affectée, bouleversée…

Il faut vivre les choses pour les comprendre réellement, malgré mes nombreuses lectures sur des témoignages d’humanitaire, le choc a été là.

Dans la misère j’ai vu la joie de vivre d’enfants que je regardais jouer. Un contraste qui m’a touché. Tout cela n’a fait que renforcer mon désir de m’investir pour aider ces personnes.

Ces deux semaines sont passées vite et je pense régulièrement à Madagascar. L’équipe du PAPM fait un travail admirable et engagé.

Par la suite je désire découvrir  de cette façon d’autres pays africains et si on me le permet, m’engager durablement dans des actions de solidarité internationale pour améliorer le quotidien des populations.

C’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie.