Mission humanitaire a Madagascar : Daniela, condition des femmes à Madagascar

Mission humanitaire a Madagascar : Daniela, condition des femmes à Madagascar
Découvrez le témoignage de Daniela partie 2 semaines en mission humanitaire à Madagascar pour aider à l'amélioration de la condition des femmes malgaches

Daniela, italienne basée en Suisse, est partie 15 jours en mission humanitaire à Madagascar, lors de sa formation Découverte de l’Action Humanitaire : « Dans le cadre d’une réorientation professionnelle et après avoir complété un bilan de compétences j’ai décidé de m’orienter vers la solidarité internationale. Suite à des recherches en ligne, j’ai trouvé les cours dispensés par l’I.C.I. Ceux-ci me semblaient les plus intéressants et complets, par rapport à d’autres cours dans le même domaine, parce qu’ils donnent aussi la possibilité de faire un stage sur le terrain.

Pendant la formation théorique j’ai appris la naissance, le développement et les transformations dans le temps de l’humanitaire moderne, les différents acteurs dans ce domaine et surtout les problèmes et obstacles que l’on peut rencontrer pendant le travail sur le terrain.

La mission sur le terrain m’a montré les difficultés mais aussi le travail extraordinaire et efficace de petites associations qui agissent avec des moyens très limités. Cette observation m’a donné plus d’espoir qu’il soit possible d’améliorer les conditions de vie de beaucoup de gens, et renforcé ma confiance dans l’être humain en général.

Mission humanitaire a Madagascar : connaître les différents acteurs qui travaillent dans le développement social

Pendant le stage j’ai pris conscience de certaines causes de la pauvreté et des conditions de vie difficiles dans lesquelles de plus en plus de personnes défavorisées doivent vivre. C’était un impact bien différent que de voir les inégalités sociales en tant que touriste ou spectatrice de documentaires télévisés.

Auprès de ma structure d’accueil, la Fédération des Associations Femme et Développement (F.A.FE.D), j’ai eu l’occasion d’en apprendre plus sur le travail quotidien de coordinatrice au sein d’une association. J’en ai également appris plus sur la corruption à Madagascar, ou encore la manière dont est gérée la garde d’enfants en cas de divorce, ainsi que le travail qui était fait dans la lutte contre l’exploitation des enfants à des fins commerciales. J’ai aussi visité des ONG, et rencontré des familles qui avaient parrainé des enfants.

Mes objectifs étaient ceux de connaître différents acteurs qui travaillent dans le développement social à Madagascar en observant leurs activités et l’efficacité de leurs actions ainsi que comprendre si le travail sur le terrain dans l’humanitaire était fait pour moi.

J’ai ainsi bien vu et connu une partie du travail que certaines ONG font sur le terrain à Tamatave, la ville où mon stage a eu lieu.

Cela a ainsi confirmé que la solidarité internationale était le parcours professionnel que j’aimerais suivre tandis que la mission sur le terrain était quelque chose que je pouvais envisager à court terme mais pas à long terme. »

Partagez cet articleShare on Facebook1Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone