Contactez-nous  Tél : 01 84 23 00 40

Laetitia part à Madagascar 2 semaines et trouve un travail de consultante internationale

Laetitia part à Madagascar 2 semaines et trouve un travail de consultante internationale

La recherche d’un métier enrichissant

Quelques années après l’obtention de mon doctorat en sciences de l’éducation, j’ai ressenti le besoin de faire le point sur mes aspirations professionnelles. Je voulais voyager, m’enrichir personnellement, rencontrer de nouvelles cultures, éviter la routine, développer des compétences variées et garder une certaine liberté d’action. Quel métier pouvait-il bien correspondre à ces caractéristiques ?

J’ai commencé par contacter des professionnels sur LinkedIn afin de me renseigner sur les caractéristiques de leur emploi. Peu à peu, au fil des échanges, j’ai pu mettre un nom sur mon futur métier : consultante internationale indépendante. Je ne connaissais rien à la création d’entreprise, je n’avais jamais réalisé de mission professionnelle dans un pays en développement et je n’avais aucun apport financier.

J’ai commencé par suivre une formation sur la création d’entreprise à la chambre de commerce et d’industrie. Ensuite, j’ai demandé des conseils auprès d’autres consultants, ils m’ont notamment aidé à mettre mon CV aux normes de la profession.

Pour accéder au poste de consultante internationale, j’ai dû me former sur le terrain

Enfin, je me suis mise à postuler sur des missions, des offres, et à envoyer des candidatures spontanées. Malheureusement, les réponses étaient toujours les mêmes : « votre CV est excellent, il vous manque une expérience dans les pays en développement ». C’était un cercle vicieux : je n’avais pas d’expérience dans les pays en développement, donc on ne me recrutait pas, mais si on ne me recrutait pas, aucune chance d’avoir une expérience dans ces pays.

Pour casser ce cercle, je me suis mise en quête d’une formation dans le domaine du développement. Je suis tombée sur l’Institut de Coopération International et j’ai réalisé ma première mission à Madagascar. Cette formation correspondant parfaitement à mes attentes :

  1.  Il y avait un stage conséquent d’un mois sur le terrain ;
  2.  Les missions proposées étaient en lien avec mon CV, dans mon domaine de compétence ;
  3. Sur le terrain, j’étais accompagné au quotidien par une personne de l’institut.

Un an après cette formation, j’ai postulé sur mon premier appel d’offre en Afrique en tant que consultante internationale et je l’ai obtenu ! La formation proposée par l’ICI m’a permis d’une part, de casser ce cercle vicieux et d’autre part, d’être directement opérationnelle sur le terrain lors de ma première mission professionnelle. En une année, j’ai déjà réalisé des missions dans 5 pays d’Afrique de l’ouest.

Laeticia à Madagascar

Laeticia à Madagascar

 

Pour aller plus loin :

Programme d’insertion professionnelle des jeunes par l’Action Humanitaire

Se reconvertir dans l’humanitaire ?

Quelle formation, quels parcours pour travailler dans l’humanitaire, la coopération ?

Une formation… Puis une mission ou un stage sur le terrain !