Contactez-nous  Tél : 01 84 23 00 40

Reconversion humanitaire de Nathalie à Madagascar, Recrutée MSF

Reconversion humanitaire de Nathalie à Madagascar, Recrutée MSF

Le choix de l’humanitaire, une envie qui me taraude depuis si longtemps…

Nathalie dans son bureau

Nathalie, reconversion humanitaire pour médecin sans frontières

Préparation et formation à mon projet de reconversion humanitaire

En 2012, à 38 ans, je me lance enfin et prends mes dispositions pour m’orienter « durablement » dans le domaine de la solidarité internationale. J’assiste à de nombreuses conférences, discute avec de nombreux professionnels dont Hervé Dubois que je rencontre en Février 2013.

L’Institut de Coopération Internationale, qui propose une formation courte et une mission internationale d’application longue en ONG, correspond exactement à mes objectifs et nous décidons ensemble que je suivrai la formation de Chef de projet humanitaire.

En Juin 2013, nous sommes une dizaine à nous retrouver pour 15 jours intensifs qui me donneront les clés de compréhension de la gestion d’un projet humanitaire et de développement. Deux équipes, deux cas réels ; nous déroulons et partageons ensemble toutes les étapes : de l’intégration de nos propres différences à la demande de financement en passant par le dimensionnement du projet… Les intervenants, tous professionnels du secteur, nous font part de leurs propres expériences et distillent autant de savoirs que de savoir-être en mission.

Nos CV sont retravaillés puis diffusés au sein du réseau de l’Institut et, en Septembre 2013 je suis retenue par Action Contre la Faim à Madagascar afin de travailler sur le projet de Système de Surveillance et d’Alerte Précoce (SSAP) en sécurité alimentaire et nutritionnelle. Très cohérent avec mon parcours de consultante en veille stratégique, je vais pouvoir transférer et adapter mes compétences sur un sujet passionnant : l’alimentation et la nutrition.

Nathalie à Madagascar

Reconversion humanitaire de Nathalie à Madagascar pour MSF

Ma première expérience

De novembre 2013 à Mai 2014, je vais ainsi travailler au sein d’une équipe très professionnelle. Sous la responsabilité du responsable du département Nutrition, il s’agit pour moi de collaborer avec les représentants nationaux de la FAO, du PAM et de l’UNICEF pour déterminer quels indicateurs, avec quelle organisation de collecte et d’analyse, vont permettre d’améliorer et de relancer un SSAP qui couvrira tout le Grand Sud de Madagascar. C’est la zone la plus vulnérable du pays : les populations y subissent, successivement et systématiquement, cyclones et inondations, sécheresses et invasions de criquets.

Durant ces 6 mois, basée en capitale, je côtoie les acteurs de l’humanitaire au niveau national : des représentants des ministères, des agences des Nations Unies, des ONG, des associations nationales et locales… J’apprends les tenants et aboutissants des problématiques de Sécurité Alimentaire et de Nutrition et suis formée au cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) ; il s’agit d’une échelle standardisée utilisé dans plus de 25 pays, qui permet d’indiquer la nature et la sévérité de l’insécurité alimentaire sur une zone, ainsi que les conséquences en termes d’intervention stratégique.

Je découvre aussi sur le terrain les modes de fonctionnement et activités d’Action Contre la Faim en termes de Sécurité Alimentaire, d’Eau, Hygiène et Assainissement et Santé Mentale & Pratiques de Soins.

Ma décision est prise !

Cette expérience valide définitivement mon choix d’orientation professionnelle, et de reconversion humanitaire, et, à mon retour, je focalise mes recherches de mission sur les interventions d’urgence et post-urgence qui m’ont toujours le plus attirée ; les camps de réfugiés ou de déplacés, notamment.

C’est un peu plus long que ce que j’avais imaginé alors, toujours en contact avec l’Institut de Coopération Internationale, je participe aux journées de débriefing, continue d’assister à des conférences, me forme à l’Evaluation de la Qualité de l’action humanitaire, au Do No Harm & Sensibilité aux conflits, manque de partir en Afghanistan avec ACF, puis au Kurdistan Irakien avec une petite ONG médicale.

Finalement, c’est en Janvier 2015 que je suis recrutée par Médecins Sans Frontières pour un poste d’Administrateur Terrain. M’étant engagée dans le même temps auprès de Médecins du Monde en tant que bénévole pour Février sur leur mission Migrants Nord Littoral à Calais, je décale la session de formation MSF au mois d’avril.

20 Avril 2015 : La formation MSF a eu lieu, encore quelques derniers points d’organisation personnelle, des checks médicaux… Je suis, on ne plus enthousiaste, et prête à re-partir sur le terrain ! J’attends avec impatience la proposition de mission ; elle devrait m’arriver dans les prochains jours…